27/11/2020

Lutte contre la COVID-19 : 3 projets soutenus par le HDH vont pouvoir débuter

À la une
Appel à projet
Partenaires
Partager
Actu_Covid-19

Dans le contexte sanitaire actuel lié à l’épidémie de COVID-19, trois premiers projets ont reçu l’autorisation de la Commission Nationale de l’Informatique et des Liberté (CNIL) ces dernières semaines, conditionnant leur accès effectif aux données nécessaires à leur conduite. Il s'agit des projets CoviSAS (Université Grenoble-Alpes et Semeia), Frog Covid (INSERM et Clinityx) et CoData (ICANS  et Quantmetry). Ces projets sont d’une importance majeure pour contribuer à trouver des solutions à la crise sanitaire sans précédent que nous traversons.

 

CoviSAS : un projet au service d’une population à risque représentative

Les patients atteints d’un syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS), en raison de la privation répétée d’oxygène, développent souvent des maladies associées susceptibles de les rendre vulnérables à la COVID-19 (obésité, diabète, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaires). 

Le projet CoviSAS, porté par la chaire d’intelligence artificielle MIAI de l'Université Grenoble-Alpes et la société Semeia, un fournisseur de solutions logicielles utilisant l’intelligence artificielle, vise à connaître la prévalence des formes sévères de la COVID-19 chez ces patients, et d’identifier les combinaisons de maladies associées au SAOS (comorbidités) menant à un taux supérieur de séjour en réanimation ou de décès. Comme l’indique Pierre Hornus, CEO de Semeia, “avec le projet CoviSAS on cherche à identifier qui, parmi les personnes souffrant d’apnée du sommeil, risquent de développer une forme grave de COVID-19 pour favoriser une meilleure prévention”. 

Pour reconstituer les parcours de soins, le projet s’appuiera sur les données de l’assurance maladie, notamment celles sur les hospitalisations et sur les consommations de médicaments.

Les résultats contribueront ainsi à l’amélioration des connaissances sur l’épidémie, et à la définition de stratégies de prévention et de prise en charge précoce pour les patients touchés par ces comorbidités.

 

Frog Covid : l’ambition d’une large identification des facteurs de risque et d’une prévision des besoins pour les personnes passées en réanimation

L’étude Frog Covid s’intéresse également aux associations récurrentes d’autres maladies chez les patients présentant des formes sévères (hospitalisation) ou très sévères (admission en réanimation) de la COVID-19.  A travers cette étude, le bureau d’étude spécialisé dans des solutions de collecte de données et d'algorithmes Clinityx et l’unité de recherche de l’INSERM Cardiovascular MArkers in Stressed COndiTions (MASCOT) cherchent à identifier les facteurs prédictifs du risque de développer une COVID-19 de forme sévère à très sévère, pour définir des profils de patients particulièrement à risque. 

Le projet vise aussi à mieux connaître les parcours des patients passés en réanimation, en fonction de leur durée de séjour et de leurs maladies associées. Il s’agit donc, comme le rappelle Nicolas Glatt, CEO de Clinityx, de “comprendre l’histoire médicale des personnes multipathologiques ayant été hospitalisées ou en réanimation, pour mieux anticiper les besoins de soins”.

Pour chaque profil de patient caractérisé, le projet permettra de mieux prédire ses besoins médicaux, sa prise en charge à l'issue de l'hospitalisation, et les conséquences de la réanimation sur sa qualité de vie (emploi, vie sociale, etc.). 

Pour cela, le projet s’appuiera à la fois sur les données non nominatives issues de l’Assurance Maladie et des séjours hospitaliers de ces patients, et à titre de comparaison, sur les données de suivi de patients pris en charge par des services de réanimation pour une grippe ou une pneumopathie virale en 2017 et 2018.

 

CoData : l’étude de l’impact de la pandémie sur la prise en charge de patientes atteintes d’un cancer du sein

Les femmes atteintes d’un cancer du sein ont vu leur prise en charge modifiée durant le premier confinement. L’Institut de cancérologie Strasbourg Europe (ICANS) a lancé le projet CoData visant à utiliser les données de santé pour analyser les impacts de ces changements et développer des outils d’aide au pilotage pour les établissements dans le cadre d’un retour à la normale. Les analyses statistiques seront en partie réalisées par Quantmetry. 

Les données non nominatives mobilisées permettront d’avoir un panorama complet des parcours de soin de ces patientes durant la première vague de l’épidémie : les données de prise en charge par l'ICANS  comportent des diagnostics, des informations relatives aux chirurgies et aux thérapies ; et les données de l’Assurance Maladie comportent les prescriptions médicamenteuses. 

 

Grâce à l’aide de l'équipe Demex de la CNAM, et du Health Data Hub qui leur met à disposition toutes les technologies nécessaires pour leur réalisation, ces trois projets faisant appel à des approches innovantes d’intelligence artificielle, vont pouvoir démarrer l’analyse des données